www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine)

Vous êtes actuellement : AVS EVS  / Année scolaire en cours 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
11 décembre 2017

Améliorer le recrutement des AESH ?

Attention aux effets d’annonce !

« Tous les enfants sont à l’école, mais pour certains, ils n’ont pas d’AVS […] On n’arrive pas à recruter […] Il manque des AVS et il en manquera toujours tant qu’on sera dans un système précaire avec des contrats aidés » : c’est ainsi que Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, expliquait ce 4 décembre sur RTL les difficultés de recrutement des AESH. Difficultés que le SNUipp-FSU mettait déjà en lumière dès la rentrée. « Améliorer le recrutement et l’organisation du dispositif d’accompagnement des élèves handicapés » est l’un des 6 axes du plan de transformation annoncé le même jour par Jean-Michel Blanquer pour « permettre à l’École de la République d’être pleinement inclusive ».

Augmentation du nombre d’AESH ?

La secrétaire d’Etat annonce que 11200 contrats d’AESH seront signés d’ici la rentrée 2018, soit 4 800 de plus que l’engagement de la conférence nationale du handicap de 2016. Rien de bien mirobolant ! 6400 ETP d’AESH étaient d’ores et déjà effectivement prévus dès 2016 par le plan de transformation des emplois aidés en contrats AESH (11200 CUI-CAE par an vers 6400 ETP d’AESH pendant 5 ans). Et parmi les 4800 supplémentaires, 4500 étaient déjà prévus dans la loi de finance 2018. Concrètement, la secrétaire d’Etat n’annonce aujourd’hui que 300 nouveaux postes ! Avec des besoins d’accompagnement qui ne cessent d’augmenter, il y a fort à parier que le compte n’y sera pas à la rentrée prochaine. D’autant plus que le ministère a déjà prévu d’entamer la dotation 2018-2019 dès janvier pour couvrir les besoins qui émergent dès cette année des nouvelles notifications. Il ne peut être évoqué de création d’emplois nouveaux AESH, là où il n’est simplement envisagé que la transformation d’emplois d’accompagnants déjà existants de droit privé en contrats de droit public.

Vers des contrats durables ?

Le ministère est loin d’en avoir fini de se heurter aux difficultés de recrutement évoquées. Alors qu’il les impute à la précarité des seuls contrats aidés, on semble oublier que pérennisation n’est pas synonyme de résorption de la précarité. Si l’on peut se féliciter de ce mouvement de création d’un corps unique AESH disposant de contrats de même nature, amorcé depuis la conférence nationale du handicap de 2016, il serait vain de croire que le statut d’AESH tel qu’il existe à ce jour attirera les foules : les conditions pour y prétendre, tout comme la rémunération et les conditions de travail, freinent les candidatures (le DEAES, diplôme d’Etat de niveau V est désormais nécessaire pour se voir imposer un temps incomplet rémunéré sous le seuil de pauvreté !) Le ministère annonce donc des « conditions de recrutement assouplies, ouvertes à d’autres compétences » et entend « qualifier les accompagnants et renforcer l’attractivité de leur métier ».

Ces annonces ne résolvent nullement la principale préoccupation des accompagnants en poste ou aspirant à l’être : celle des mesures à engager au plus vite pour améliorer leurs conditions de travail, leur formation et leur rémunération, sans être maintenus dans cette indigne précarité financière et matérielle.

 

18 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 35, 14, Rue PAPU 35 000 RENNES

- Tel : 02 99 36 88 43

- Portable : 06 31 84 05 31
- Email : Écrire au SNUipp 35

mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine), tous droits réservés.