www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine)

Vous êtes actuellement : Actualités  / Année scolaire en cours 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
24 janvier 2017

Manifeste syndical / Manifest sindikadel

L’avenir de la langue bretonne passe par l’enseignement public, notamment bilingue.

Dazont ar brezhoneg a dremen dre ar skol, ar c’helenn divyezhek dreist holl.

Notre responsabilité d’organisation syndicale représentative est d’interpeller l’ensemble des acteurs sur leurs responsabilités et de leur rappeler leurs engagements.

Les quatre sections départementales du SNUipp-Bretagne retiennent les axes suivants comme prioritaires pour donner un avenir à l’enseignement bilingue public et par là-même à la langue bretonne.

Manifeste syndical pour l’avenir de l’enseignement bilingue public et de la langue bretonne.Manifest sindikadel evit dazont ar c’helenn divyezhek publik hag ar brezhoneg
L’avenir de la langue bretonne passe par l’enseignement public, notamment bilingue. L’attente sociétale est forte, la responsabilité des filières donc importante. Notre responsabilité d’organisation syndicale représentative est de porter les éléments de cohérence, d’interpeller l’ensemble des acteurs sur leurs responsabilités et leur rappeler leurs engagements. Les quatre sections départementales du SNUipp-Bretagne, à l’issue des rencontres syndicales menées avec les enseignants des filières retiennent les axes suivants comme prioritaires pour donner un avenir à l’enseignement bilingue public et par là-même à la langue bretonne.Dazont ar brezhoneg a dremen dre ar skol, ar c’helenn divyezhek dreist holl. O c’hortoz kalz emañ ar gevredigezh eus se ha kiriegezh an hentennoù divyezhek a zo a-bouez. Karg ar sindikat eo lakaat war wel pezh a zo poellek, sachañ evezh an dud war o c’hiriegezh hag o adlavarout dezhe o fromesoù. Ar pevar rann departamant ar SNUipp-FSU, goude emgavioù sindikadel gant skolaerien divyezhek, a zalc’h an ahelioù-mañ da heul e-giz ar re bouezusañ evit reiñ un dazont d’ar c’helenn divyezhek publik ha dre se d’ar brezhoneg.
La densification des classes et des réseaux :Brasaat niver ar c’hlasoù ha ledanaat ar rouedadoù :
elle est indispensable, le nombre de classes bilingues dans une école détermine les conditions de travail, d’apprentissage des élèves et renforce l’attractivité de la filière. Il permet un noyau critique à la fois d’élèves mais aussi d’enseignants. L’organisation des classes, le nombre de niveau, les échanges de service rendus possibles sont autant d’éléments positifs et dynamiques. L’existant doit être conforté. C’est une nécessité. L’implantation de filières nouvelles doit répondre à un travail mené en amont, avec les écoles, les enseignants et les familles. Ces créations doivent répondre à des perspectives posées.E penn kentañ ar jeu emañ. Niver ar c’hlasoù divyezhek en ur skol a ro pe get aesamantoù labour d’ar skolaerien ha d’ar skolidi hag a lak an hentennoù da vezañ dedennusoc’h. Permetiñ a ra tizhout un niver dereat koulz bugale ha skolaerien. Aozadur ar c’hlasoù, niver al liveoù, eskemm servijoù pa ‘vez gall a zo kement a elfennoù positivel hag a ro lusk dezhi. Ret eo kreñvaat an hentennoù krouet dija ! Goude ul labour rennet en a-raok gant ar skolioù, ar skolaerien, ar familhoù e vez dibabet lec’h an hentennoù nevez. Ar c’hrouidigezhioù-se a rank dont eus ur raktres frammet mat.
La continuité par la proximité : Kenderc’hel tost eus an annez :
l’enseignement bilingue est pertinent s’il organise une continuité pour les élèves. Cette continuité doit s’organiser, non autour des collèges mais à partir des collèges où les élèves iront de fait, c’est à dire la proximité. Les filières à ce jour existantes n’offrent pas cette perspective à tous les élèves. Les abandons sont conséquents et de fait l’attractivité auprès des familles entamée. Le concept de pyramide telle que conçu et mis en œuvre aujourd’hui limite la continuité des élèves dans le cursus bilingue, notamment par les abandons à l’entrée des collèges et des lycées. Il faut remplacer cette organisation par une construction des filières en adéquation avec les flux des élèves. De façon transitoire et dans l’attente d’une cohorte suffisante pour organiser la proximité, des transports spécifiques devront être mis en place en accord avec les services compétents de la région.N’ez eus ster ebet d’an deskadurezh divyezhek ma n’eo ket klok an hentad evit ar vugale. N’eo ket a-walc’h kinnig un hentad klok e skolajoù zo nemetken. Ret eo sellout a-dost eus ar skolajoù e lec’h e ya ar vugale evit gwir. Tost ouzh ar skol kentañ emañ ar skolajoù-se. Padal ne vez ket kinniget kenderc’hel ganti e pep lec’h. Kalzig a vugale chom a-sav ha diaes eo d’ar familhoù kaout fiziañs war-lerc’h. Un doare-se da welout an traoù a vir ouzh an hentad divyezhek a ziorren da vad, dreist-holl peogwir e vank skolajidi evit magañ ar skolajoù pe al liseoù. Ret eo cheñch an traoù ha kinnig un hentad klok e skolajoù, liseoù ar bastell vro. Da c’hortoz un niver dereat a skolajidi da grouiñ un hentad e ranker kaout un doare treuzdougen a-ratozh. Ret e vo gwelet ar raktresoù gant servijoù ar Rannvro.
Le remplacement :Erlec’hiañ :
aujourd’hui les remplaçants bilingues sont affectés dans des classes, les remplacements en enseignement bilingue non assurés. Il faut augmenter le potentiel de remplaçants bilingues afin d’assurer la continuité de l’enseignement. Ce potentiel doit au moins atteindre le ratio national constaté pour l’enseignement monolingue.Lakaet e vez an erlerc’hidi divyezhek war postoù klas ha neuze ne vez ket erlerc’hiet ar skolaerien divyezhek ezvezant gant erlerc’hidi divyezhek. Ret eo kaout muioc’h a erlerc’hidi divyezhek evit kenderc’hel gant an deskadurezh divyezhek er c’hlasoù, d’an nebeutañ gant ar memes feur hag ar re unyezhek.
L’enseignement bilingue en milieu rural :Ar c’helenn divyezhek war ar maez :
il est paradoxal de noter que les zones dans lesquelles la pratique sociale du breton est la plus sensible est celle dans laquelle l’implantation des filières est moindre. Pour maintenir à la fois un réseau d’écoles rurales de proximité et permettre une pratique de la langue, voire un enseignement bilingue, il faut arriver à mettre en place un enseignement de la langue assuré par un maître itinérant bilingue. Ce type d’enseignement dérogatoire doit être strictement limité à des territoires préalablement déterminés.Souezhus eo memes tra da welet lec’h ‘vez berwidikoc’h ar brezhoneg e- touez an dud eo an dachenn lec’h ‘vez an neubeutañ a hentennoù divyezhek. Evit mirout war un dro ur rouedad a skolioù war ar maez ha kendalc’hiñ gant ar brezhoneg enne pe grouiñ hentennoù divyezhek eo ret dont a-benn da sevel ur c’helenn gant mistri o vont skol da skol. A-bouez eo e chomfe rouez ar mod-se da gelenn war tachennoù resis kenañ ha divizet en a-raok.
La formation :Ar stummadur :
cette question ne peut pas en rester aux énoncés de principe. Il faut clairement déplacer les lieux de formation initiale et continue au plus près des acteurs de terrain. Tout en garantissant la quantité et la qualité des enseignements dispensés en langue bretonne et en favorisant les échanges inter-sites, il appartient à l’employeur l’Éducation nationale de prendre toutes ses responsabilités, vis à vis notamment de l’ESPE.ar poent se ne c’hell ket chom e stad komzioù hepken. Ret eo cheñch plas da vat d’al lec’hioù stummañ pe peurstummañ ha kas anezhe tostoc’h eus ar re a labour war an dachenn. En ur gwareziñ dregantad ha kalite an danvezioù kelenn e brezhoneg hag en ur aesaat an eskemmoù etre an tachennoù kelenn eo d’an deskadurezh stad da vezañ kiriek da se ha d’an ESPE da zigentañ tout.
TES :TES :
la question de la production d’outils, comme la mise en place d’un portail dédié est primordiale et urgente. La question des emplois à TES est aussi importante pour améliorer les outils au quotidien au service des classes, des élèves et des enseignants. Tous ces points sont des marqueurs. La réalité de leurs mises en œuvre permet de mesurer la volonté politique des acteurs : État et région. Il est de notre responsabilité syndicale de faire avancer ces dossiers pour que nous dépassions les énoncés d’intention et passions à une politique opérante sur ce dossier en Bretagne. Sevel oustilhoù evel lakaat enlinenn ur porched internet a zo a bouez e Tes. An Niver a implijidi a zo a bouez ivez evit aozañ a zoare an oustilhoù bemdez evit ar c’hlasoù, ar skolidi hag ar gelennerien. Titouroù bras eo an holl evezhiadennoù-se evideomp. Pezh a vez lakaet e pleustr a ziskouez c’hoant politikel an dud : Stad ha Rannvro. Kiriek eo ar sindikat da gas war raok an teuiliadoù evit mont dreist ar c’hoant d’ober hag ar youl hag evit dont a–benn da sevel ur bolitikerezh efedus war ar poent se e Breizh.
Les quatre sections départementales du SNUipp-FSU Bretagne.Ar pevar rann departamant ar SNUipp-FSU Breizh.

 

23 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 35, 14, Rue PAPU 35 000 RENNES

- Tel : 02 99 36 88 43

- Portable : 06 31 84 05 31
- Email : Écrire au SNUipp 35

mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine), tous droits réservés.