www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine)

Vous êtes actuellement : Actualités  / Années antérieures  / 2015-2016 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
27 juin 2016

Phase d’ajustement du mouvement …

Où l’on se rend compte qu’il n’y a plus vraiment de règles !

Depuis la dernière CAPD, c’est le grand cafouillage au niveau des postes de surnuméraires ! Beaucoup de postes restés vacants lors de la première phase auraient pu être proposés aux collègues ayant obtenu un avis favorable à l’entretien mais n’ayant pas demandé ces postes à la première phase du mouvement.

C’est ce qui se faisait les années passées … Mais non, le DASEN en a décidé autrement, ces postes ne seront proposés qu’aux collègues de l’école qui dispose de ce poste de surnuméraire.

Au final, ce sont donc des collègues « lambda » qui bénéficieront de ce poste, donc des collègues qui n’ont pas répondu au poste à profil, qui n’ont pas fait de CV et n’ont pas passé l’entretien …

Donc le discours tenu lors de la première phase : « Pour obtenir ce type de poste, il faut une certaine expérience, un certain recul, une bonne connaissance du poste : le casting idéal… » n’est plus valable pour la phase d’ajustement. Lors de la phase d’ajustement, on envoie les IEN « faire leur marché » et trouver dans chaque école celui ou celle qui fera l’affaire … enfin seulement pour une année.

Cela montre bien toutes les limites des postes à profil et nous conforte dans notre opposition à ce profilage de poste. Si tous les postes de surnuméraires avaient été mis au mouvement comme tout type de poste, il est fort à parier qu’il n’y en aurait pas eu de vacants après la première phase du mouvement. Qu’en sera-t-il des écoles où personne n’est volontaire ? Et bien le poste sera gelé et on privera les élèves d’un dispositif dont on sait qu’il est profitable aux plus fragiles.

De la même façon, on privera une école d’une directrice qui souhaitait revenir sur son école entre les deux phases du mouvement alors que le poste s’était découvert après la première phase. Le DASEN lui a refusé au motif qu’elle avait obtenu un de ses vœux à la première phase du mouvement, il préfère donc imposer la direction à quelqu’un qui ne l’aurait pas demandé plutôt que de l’attribuer à quelqu’un de volontaire qui, de plus connaît l’école. À noter que sur d’autres postes, des situations identiques ont été acceptées. Cela relève donc de l’entêtement comme pour les postes surnuméraires.

Il est regrettable de voir que d’un côté le Directeur Académique accepte de discuter avec les organisations syndicales et est parfois même très à l’écoute et d’un autre côté s’entête et agit de manière autoritaire : tout cela est contraire à l’intérêt du service et des élèves.

Qu’en est-il réellement de cette deuxième phase ? Ce n’est pas un deuxième mouvement mais une phase d’ajustement, donc il revient à l’administration de nommer les collègues où bon lui semble.

C’est contraire à ce que l’on revendique : une réelle deuxième phase de mouvement où chaque enseignant resté sans poste à l’issue du premier mouvement pourrait saisir à nouveau des vœux sur SIAM. Cela se fait dans certains départements, les règles seraient donc les mêmes pour tous et toutes !

Le SNUipp-FSU35 l’a de nouveau demandé lors d’une audience auprès du recteur cette année mais a essuyé un refus de l’administration.

La CAPD aura lieu le 7 juillet à 14h00, vous pourrez nous contacter à la section à l’issue de la CAPD.

 

13 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 35, 14, Rue PAPU 35 000 RENNES

- Tel : 02 99 36 88 43

- Portable : 06 31 84 05 31
- Email : Écrire au SNUipp 35

mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine), tous droits réservés.