www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine)

Vous êtes actuellement : Actualités  / Années antérieures  / 2014-2015 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
23 mars 2015

Journée Nationale de lutte contre le mal-logement

Samedi 28 Mars.


- 11 h- 12 h : Votation Citoyenne place St Anne

pour réaffirmer que le droit à l’habitat est un droit fondamental !

- 12 h – 14 h : pique-nique solidaire place de la Mairie (apportez votre pique-nique).

- 15 h : manifestation, départ place de la Mairie.

- 16 h 30 : retour place de la mairie où sera dressé " Un village des exclus " (campement éphémère), avec dépôt des bulletins de vote.

- 17 h 30 : « Au pire tu traces », un docu-fiction théâtral autour des jeunes en errance, présenté par « la Compagnie Caravane » .

Action soutenue par un collectif d’associations : Fondation Abbé Pierre, Carpes, Dal 35, « Un Toit c’est Un Droit », Bienvenue ! EELV, Ensemble, CNT Éducation, CCFD-Terre Solidaire, CGT, INDECOSA-CGT 35, MRAP 35, RESF 35.


Avec la fin de la trêve hivernale le 31 mars, ça risque d’être pire encore pour les sans-abris. Et pourtant des logements vides, il en existe !

Nous demandons l’application de la loi d’octobre 1945 sur la réquisition des bâtiments vacants pour "les personnes dépourvues de logement ou logées dans des conditions manifestement insuffisantes".

Dans l’urgence, nous demandons qu’il n’y ait aucune expulsion des squats de l’agglomération rennaise sans relogement et que la municipalité tienne ses engagements :

Les personnes doivent être relogées dans des lieux sous conventions, conformément aux engagements pris par la mairie.

blog un toit un droit


Loi et réalité

Toute personne en situation de détresse a droit à un hébergement d’urgence inconditionnel. Code de l’action sociale (art. L 345-2-2).

En janvier, 73% de réponses négatives au 115 à Rennes. Le droit au logement, qui est un droit fondamental, n’est pas respecté par l’État qui en a pourtant la charge.

Tout demandeur d’asile a droit à une protection (Convention de Genève 28/07/51) et à une place en CADA (Centre d’Accueil pour Demandeur d’Asile). Code des demandeurs d’asile.

Il manque aujourd’hui à peu près 20 000 places en CADA. Les demandeurs d’asile, interdits de travail, sont donc réduits à survire sans abri ou sont dépendants de l’hébergement d’urgence déjà saturé !

Faute de places, beaucoup de personnes restent sans aucun hébergement, tout spécialement les célibataires mais pas seulement : des bébés se retrouvent parfois à la rue.

Quand il les héberge, l’État choisit souvent hébergement hôtelier, solution absurde car très coûteuse et inadaptée : les gens se retrouvent à la rue en journée, sans aucune possibilité de cuisiner !

Début août, face à l’inaction de l’État, la mairie de Rennes a elle aussi choisi l’hébergement hôtelier pour mettre à l’abri les familles à la rue, puis elle s’est engagée à être partenaire de conventions d’occupation temporaire de logements vides, aux côtés de bailleurs privés et des associations.

Dans Rennes Métropole, 6 squats sont menacés d’expulsion dès le 31 mars, soit près de 200 personnes !

Exigeons ensemble le respect des engagements pris !

 

22 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 35, 14, Rue PAPU 35 000 RENNES

- Tel : 02 99 36 88 43

- Portable : 06 31 84 05 31
- Email : Écrire au SNUipp 35

mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine), tous droits réservés.