www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine)

Vous êtes actuellement : DOSSIERS  / TEMPS SCOLAIRES  / 2013-2014 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
1er avril 2014

Réforme des rythmes en Ille et Vilaine...

... ce que les enseignants en disent.

Le SNUipp-FSU a mené une double enquête du 20 janvier au 10 février sur le bilan de la mise en œuvre des rythmes en 2013 et sur la préparation de son application pour la rentrée 2014.

En ce qui concerne le bilan de 2013, pour 76,9 % des enseignants qui ont répondu, l’avis du conseil d’école n’a pas été pris en compte. Si le bilan est globalement négatif, la prise en compte ou non de l’avis des enseignants est déterminante. Plus leur point de vue de professionnel a été nié, plus les enseignants portent un regard critique sur la mise en œuvre de la réforme.

Les enseignants interrogés évoquent une plus grande fatigue des élèves, en fin de semaine, leur manque de disponibilité lorsque les TAP ont lieu pendant la pause méridienne. Le manque de repères (les différents temps sont mal identifiés) pour les élèves lorsque les TAP sont décalés dans l’école. L’augmentation du nombre des matinées ou leur allongement apparaissent comme bénéfiques mais les difficultés sont notées dans l’organisation du travail l’après-midi.

Concernant les conditions de travail des enseignants, les collègues parlent de fatigue et de manque de temps. Certains parlent même de démotivation due à la fatigue de l’équipe. La semaine de travail est ressentie comme alourdie, ce ressenti est d’autant plus fort lorsque les horaires de sortie de classe ont été très peu modifiés.

Concernant la préparation de la rentrée 2014, on note que les équipes enseignantes ont été consultées dans la majeure partie des cas : 92,19% des cas, elle l’a été principalement sur l’organisation générale. La consultation n’est pas toujours allée à son terme puisque 70,31% des conseils d’école se sont prononcés et 75,56% en adhérant au projet. Ce qui conduit aussi à 21,88% de remontées d’un projet différent de celui de la mairie. Si les enseignants ont gardé le choix de la place des APC dans 68,75% des cas, cela signifie que dans 31,25% des cas, le temps scolaire a dû s’adapter au temps péri-scolaire alors même que leur organisation devait être laissée au libre choix des collègues.

Enfin il est important de noter que les concertations se sont faites sur le temps personnel, entièrement ou en partie dans 69% des cas et que les enseignants n’ont eu aucun temps de formation pour les aider à construire ce projet.

Comment peut-on concevoir une réforme, considérée comme majeure par l’institution, quand ceux qui sont chargés de la mise en œuvre le font bénévolement et sans formation ?

Le SNUipp fait le constat que cette réforme connaît actuellement des échecs et que sa généralisation en l’état n’est pas satisfaisante. Il demande qu’un bilan soit tiré de l’expérimentation de 2013 avant toute généralisation et qu’une réécriture du décret soit enfin possible.

 

26 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 35, 14, Rue PAPU 35 000 RENNES

- Tel : 02 99 36 88 43

- Portable : 06 31 84 05 31
- Email : Écrire au SNUipp 35

mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine), tous droits réservés.