www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine)

Vous êtes actuellement : E S P E/DÉBUTS DE CARRIÈRE  / Années antérieures (2004 à 2013)  / 2005-06 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
26 septembre 2006

stage filé PE 2

Réorganisation des stages des PE2 à compter de la rentrée 2006

Vous en trouverez ci-après les principaux éléments de la Circulaire du :

I - Le contexte

II - La circulaire ministérielle

III - Les problèmes posés

1 - la circulaire laisse une grande marge de manœuvre aux IA et aux IUFM

2 - Les affectations des PE2

3 - Le suivi

4 - La pratique accompagnée

5 - Les enseignements et l’augmentation de la durée de stage :

6 - Suivi du dispositif

I - Le contexte

Formation initiale : quelques rappels

· 2002 : circulaire du 4 avril, texte qui définit actuellement la formation.

· En 2005 : la loi d’orientation annonce l’intégration des IUFM dans les universités dans les 3 années à venir. En avril modification par décret des concours pour la session 2006, sans réflexion globale sur les contenus de formation.

· En 2006 : sur l’élaboration du cahier des charges, comme sur les modalités d’intégration des IUFM aux universités, aucune communication du ministère. Un projet de cahier des charges est écrit par un « groupe d’experts » (la commission Pietryck), actuellement soumis au HCE il n’a pas été transmis officiellement aux organisations syndicales. Le calendrier du HCE fixe à l’automne l’écriture définitive du cahier des charges. Il ne devrait pas faire état d’un cadrage universitaire des cursus ni de la reconnaissance de la formation des maîtres par un master.

· Mai : le Ministère décide de modifier l’organisation des stages en PE2 dès la rentrée 2006.

· Pour 2007 : dès janvier devraient commencer les premières intégrations aux Universités.

Le ministère fait le choix du morcellement des mesures, dans une absence de transparence et de concertation avec les organisations syndicales. La nouvelle organisation des stages proposés aux professeurs des écoles dans le cadre de leur professionnalisation intervient, après une concertation éclair (1 semaine) Il reste 3 semaines aux IUFM pour modifier leurs PAF dans l’urgence.

II - La circulaire sur la réorganisation des stages des PE2 pour l’année 2006-07

La mesure principale consiste pour les PE stagiaires d’avoir la responsabilité d’une classe un jour par semaine toute l’année (soit l’équivalent de 30 jours sur l’année). Ils assureront également deux stages en responsabilité de 3 semaines, durant lesquels le stage filé sera interrompu.

L’alternance est définie comme “aller-retour entre exercice professionnel et travail des questions construites lors des stages”.

Les lignes directrices laissent aux académies une “ souplesse nécessaire d’adaptation à leur propre contexte ”. “ Les partenaires de la formation disposent en conséquence de marges de manœuvre ” pour l’année 2006-2007.

Au niveau local, l’organisation, dans l’urgence, de ce stage filé, va prendre des formes diverses quant au choix des postes proposés pour les PE2, comme au cadrage du suivi.

Dispositif en vigueur actuellement

PE1 PE2 T1 T2 2 semaines de stage en observation (dans des classes d’IPEMF ou de MAT) - 3X3 semaines de stages “ groupés ” en responsabilité- 2 semaines en Pratique Accompagnée chez un IMF ou MAT- 1 semaine en collège- 450h d’enseignements (600 avant 2002) 3 semaines de stage (sous la responsabilité des Recteurs, elles sont assurées par les IUFM ou les circo, mais actuellement non mises en oeuvre totalement dans tous les départements ) 2 semaines de stage (idem T1)

Le nouveau dispositif

- L’organisation des stages en responsabilité :

- Un stage filé en PE2 à raison d’1 jour par semaine tout au long de l’année, sur un cycle. Ce stage est interrompu pendant les stages massés, et s’étale donc sur 30 jours, voir moins en cas de projet particulier tel que stage à l’étranger. Il remplace un des stages de 3 semaines existant actuellement.

- 2 x 3 semaines de stages groupés en responsabilité (2 fois 3 semaines de 4,5jours, soit 27 jours) sur les 2 autres cycles.

- Un stage de pratique accompagnée chez un « maître expérimenté », qui peut être organisé « selon les modalités de travail de chaque académie », sur l’année de PE1 ou en début de PE2, d’une durée de 1 ou 2 semaines, diminuées, dans le cas de la PE2, des jours de stage filé.

- le stage T1 doit compléter la formation initiale, dans le cadre de la contractualisation, « il est prévu » par la convention qui lie rectorat et IUFM ”.

- le stage en collège disparaît.

- le nombre d’heures d’enseignement n’est pas affecté, il reste à 450, même si une souplesse est désormais possible en reportant certains modules sur la T1 (en utilisant l’accompagnement à l’entrée dans le métier).

III - Problèmes posés

1 - la circulaire laisse une grande marge de manœuvre aux IA et aux IUFM. 

Il s’agit donc de veiller aux conditions de mise en œuvre au niveau :

· de l’affectation des PE2 sur des postes (qui ne sont pas forcément les postes de directeurs, mais vont être très divers selon les départements), des frais de déplacement.

· des mesures de suivi et d’accompagnement du stage filé.

Le SNUipp n’était pas demandeur. Le stage filé peut présenter des intérêts sur le plan de la formation professionnelle (recentrage sur le terrain qui permet, outre une plus grande responsabilisation des stagiaires, une progressivité de l’insertion professionnelle,...). Cependant, pour éviter que ce stage ne soit qu’une formation sur le tas ou par compagnonnage, il faut obtenir des garanties sur la manière dont les stagiaires seront aidés et suivis.

2 - Les affectations des PE2

Toute latitude est laissée aux académies pour les affectations des PE2 : profil de postes, secteurs géographiques, conditions d’enseignement et de travail, indemnités, frais de déplacement... C’est aux Inspections Académiques qu’il revient de répertorier tous les postes disponibles et de nommer les PE2, la circulaire précisant qu’il « convient de veiller (...) à ce que chaque stagiaire bénéficie d’une affectation facilitant son projet professionnel. » .

Les PE2 peuvent donc être affectés sur tout type de poste permettant de libérer une journée par semaine. Postes de directeurs, temps partiels, décharges syndicales ou pour postes particulier (sciences, informatique, etc...), formation continue filée... Le ministère a également cité la possibilité de sortir un titulaire de sa classe une journée par semaine (maître surnuméraire).

Si les 30 jours sur l’année correspondent à la quotité du travail à temps partiel (80%), il y a un problème pour les décharges de direction à quart de temps et les 6 jours d’interruption du stage filé.

3 - Le suivi

Quel accompagnement ? Quels sont les différents rôles des formateurs IUFM (IPEMF et PIUFM), des équipes de circonscription et des équipes d’école ? Les stagiaires devront « exercer leur futur métier pleinement et durablement dans une même classe ». Cette « responsabilité éducative et pédagogique » dès le début de l’année, sans formation préalable, nécessite un suivi et un encadrement extrêmement forts, dans l’intérêt du stagiaire mais aussi de la classe et de l’école. « durant toute l’année scolaire et dans un processus continu, le stagiaire peut mener en profondeur le travail réflexif sur lequel est construit le principe d’alternance aller et retour entre exercice professionnel et travail sur des questions construites lors des stages ».

· La circulaire précise :

- Le stagiaire est suivi par un référent formateur de l’IUFM.
- Au sein du travail d’équipe dans l’école, « il bénéficie de l’aide et des conseils de l’équipe pédagogique en particulier lorsqu’il s’agit d’analyser et d’interpréter les résultats des élèves puis d’engager le dialogue avec les parents »
- « Les équipes de circonscription accompagnent le stage en responsabilité dans le cadre des missions qu’ils assurent », c’est-à-dire dans le cadre du suivi habituel des équipes.

Selon le texte, donc : le PE2 « bénéficie des conseils dispensés par ses collègues », mais sa formation, l’accompagnement dont il a besoin, ne relèvent pas des équipes pédagogiques ni des équipes de circonscription.

· Quelques pistes d’intervention :

- La réussite des premières prises en charge de la classe est importante : quels dispositifs les IUFM proposeront-ils pour la permettre en tout début d’année ? Peut-on trouver localement des accords pour que le stage filé ne débute, par exemple, qu’au 1er octobre, et assurer ainsi aux PE2 une préparation à ce stage ?

- Réfléchir à la concertation entre l’IUFM, l’école et la circonscription : quel cadre, quels échanges, quelle forme,...

- La réussite des premières prises en charge de la classe est importante : quels dispositifs les IUFM proposeront-ils pour la permettre en tout début d’année ? Peut-on trouver localement des accords pour que le stage filé ne débute, par exemple, qu’au 1er octobre, et assurer ainsi aux PE2 une préparation à ce stage ?

- L’augmentation de la durée du temps passé sur le terrain n’est pas accompagnée d’une augmentation des moyens pour suivre plus efficacement les PE2 en stage. Le nombre de visites était insuffisant dans la formule actuelle. Les IUFM peuvent-ils trouver les moyens d’assurer un accompagnement plus important au vu de la nouvelle organisation ?

- Quelle sera la place des IPEMF dans le suivi des PE2 ? La définition de leurs services doit prendre en compte cette évolution ?

- Quel suivi, quelle remédiation particulière en cas de difficulté sur le stage filé ?

- Dans le cadre de cette formation, le stage filé « est de nature à donner une nouvelle dimension au mémoire professionnel » : notamment par le recueil de données sur l’ensemble de l’année qui pourrait permettre une « réflexion sur les pratiques pédagogiques et leurs effets ». Ici encore la réflexion des formateurs pour prendre en compte cette nouvelle dimension sera importante pour la traduire efficacement.

4 - La pratique accompagnée

Le stage de pratique accompagnée peut être organisé en PE1 ou en début de PE2. Il s’agit « d’observer la pratique quotidienne d’un maître expérimenté, d’amorcer avec lui une réflexion portant sur les pratiques professionnelles et de bénéficier de son aide et de ses conseils dans la conduite d’une classe. » Qu’est-ce qu’un maître « expérimenté » ? Qu’en est-il des IPEMF ? Des MAT ? La fonction de formateur ne se limite pas, comme l’indique le texte à montrer ses pratiques : être expérimenté ne peut suffire. Pour l’année 2006-07 le stage de PA n’aura pas eu lieu en PE1 : il doit donc être maintenu sur le début de l’année de PE2. Pour la suite placer cette formation professionnelle en PE1 pose le problème des candidats qui n’auront pas fait de PE1, et interroge sur les contenus de la PA.

5 - Les enseignements et l’augmentation de la durée de stage

Au lieu de 12 semaines actuellement, la durée de stage sera portée de 12,2 à 14,2 semaines (57 jours à 64 jours avec le stage de pratique accompagnée).

Les IUFM ont la latitude de déterminer des « apports formatifs indispensables à l’exercice du métier et ceux qui seront dispensés de façon différée » sur les 3 semaines de stages T1.

La marge de manœuvre laissée aux IUFM est importante, mais cette mesure « entraîne (...) une nécessaire réflexion sur l’articulation entre la formation de deuxième année (PE2) et celle qui est dispensée en première année de prise de fonction comme titulaire (T1). » .

L’accompagnement à l’entrée dans le métier (AEM) qui correspond à 3 semaines en T1 n’est pas, actuellement mis en place en totalité dans nombre de départements, et relève de la responsabilité des recteurs. Le texte amène à reprendre la réflexion sur l’AEM, à en définir l’organisation, le volume, les contenus, ainsi que la part de l’IUFM et celle des circonscriptions.

6 - Suivi du dispositif

Quel protocole et quels moyens prévus pour évaluer et réguler le dispositif ? Quelle recherche ? Si le texte le prévoit, il serait important d’en définir au plan local la structure, en associant des personnels de l’IA, de l’IUFM et des représentants des personnels.

« Les partenaires de la formation disposent au cours de l’année 2006-2007 de marges de manœuvre » : « les nouvelles dispositions feront l’objet d’un suivi » et « les pratiques efficaces feront l’objet d’un relevé et seront réinvesties dans le cadre de la mise en œuvre du futur cahier des charges ».

 

37 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 35, 14, Rue PAPU 35 000 RENNES

- Tel : 02 99 36 88 43

- Portable : 06 31 84 05 31
- Email : Écrire au SNUipp 35

mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine), tous droits réservés.