www.snuipp.fr

SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine)

Vous êtes actuellement : DOSSIERS  / ASSOCIATIONS AMIES  / Années antérieures (2007 à 2015)  / 2011-12 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {} syndiquer le forum
24 novembre 2011

Scandaleux : des familles à la rue à Rennes

En octobre 2011, le DAL a déposé des référés pour des familles non hébergées.

À cette occasion, les représentants de la préfecture ont annoncé 400 personnes prioritaires (familles avec enfants, femmes enceintes, malades, jeunes majeurs...) en attente de place d’hébergement stable.

À cela il faut ajouter les familles déboutées du droit d’asile qui doivent quitter leur logement en CADA. C’est le cas des 5 familles de Fougères, et de nombreuses familles à Rennes.

Certaines de ces familles trouvent refuge chez des compatriotes, ce qui ne peut durer qu’un temps, et a pour résultat de sur-peupler les logements et de déstabiliser des familles à l’équilibre encore précaire.

D’autres sont hébergées dans les 11 réquisitions du DAL, actuellement presque 300 personnes dont 42 enfants scolarisés. Ces lieux sont surpeuplés, la vie y est spartiate, 2 maisons n’ont pas l’eau, les moyens de chauffage sont rudimentaires et parfois dangereux.

Les autres appellent le 115. Ce qui signifient la plupart du temps obtenir un hébergement pour 3 jours, souvent hors de Rennes, donc avoir d’énormes difficultés à scolariser les enfants. Et au bout de 3 jours, refaire ses bagages, rentrer à Rennes et rappeler le 115, avec l’angoisse d’entendre la réponse tant redoutée : désolé, pas de place. Parfois, en fin de journée, après avoir attendu dans l’angoisse toute la journée, ils obtiennent quelques nuits à l’hôtel, sans aucune possibilité de cuisiner, et avec l’obligation de quitter l’hôtel à 9 heures le matin. Dans ce cas, ils passent de longues journées d’errance dans les rues avant de pouvoir rentrer à l’hôtel à 18 h.

Les derniers chiffres publiés par le 115 annonçaient 75 % d’appels restés sans solutions. Un exemple : le lundi 17 octobre, 98 personnes ayant appelé le 115 sont restés sans solution, dont 72 personnes appartenant à des familles avec enfants.

Depuis le 1er novembre, 78 places supplémentaires ont été ouvertes au 115 et des crédits dégagés pour payer des nuits d’hôtel dans le cadre du plan hivernal. Il n’est pas certain que cela suffit à garantir un toit pour tous chaque nuit. En tout cas de nombreuses familles passeront l’hiver dans des conditions indignes.

 

18 visiteurs en ce moment

*Top

SNUipp 35, 14, Rue PAPU 35 000 RENNES

- Tel : 02 99 36 88 43

- Portable : 06 31 84 05 31
- Email : Écrire au SNUipp 35

mentions légales


©Copyright 2006 - SNUipp-FSU 35 (Ille et Vilaine), tous droits réservés.